Le blanchiment d’argent par une banque internationale sans scrupule : le cas de la BCCI

Le blanchiment d’argent par une banque internationale sans scrupule : le cas de la BCCI

par Pr. Jean-Guy DEGOS, Président du jury du diplôme d’expertise comptable, CRECCI IAE Université Montesquieu, Pôle universitaire des sciences de gestion
et Dr. Dolly MATTA, Docteur en sciences de gestion de l’université Montesquieu – Bordeaux IV, CRECCI IAE Université Montesquieu, Pôle universitaire des sciences de gestion

Résumé

Dans un article général, nous avons évoqué les techniques de blanchiment de l’argent sale et de l’argent noir, qui prennent de plus en plus d’importance dans l’économie légale. Nous avons donné les éléments indispensables à la compréhension du vaste monde du blanchiment, en analysant les sources du blanchiment, les processus traditionnels et actuels, plus sophistiqués, de recyclage de l’argent sale, les réseaux de blanchiment principaux et accessoires : banques, compagnies d’assurances, organisations à but non lucratif ou sociétés fantômes. On serait tenté de croire que notre précédent exposé est une pure fiction. Pour prouver le contraire, le présent article détaille les avatars de la BCCI, qui a été qualifiée à juste titre de « plus grande banque criminelle de tous les temps ». Nous donnons d’abord des détails sur sa naissance, sa vie et sa mort, avant d’étudier les multiples aspects du blanchiment et de la criminalité qu’elle gérait pour ce que notre monde comporte de plus détestable.

Mots clés

Argent sale – Argent noir – Blanchiment de l’argent – Criminalité – Drogue – Terrorisme – Paradis fiscaux

Money laundering by an ambitious international bank: the BCCI case

Abstract

In a previous copy, we evoked the techniques of laundering the dirty money and the black money, which take more and more importance in the legal economy. ¶We gave the essential elements to the comprehension of the wide world of laundering, analyzing the sources of laundering, the traditional and current processes, more sophisticated, of recycling the dirty money, the principal and additional networks to launder: ¶banks, insurance companies, non-profit organizations or shadows companies. ¶One would be tempted to believe that our article is a pure fiction. ¶To refute this proposition, the present article describe the misadventures of the BCCI, which was qualified rightly of « biggest criminal bank of any times ». ¶We give fist some details on its birth, its life and its death, then we study the multiple aspects of laundering and the criminality which it managed for what our world comprises of more and more hateful.¶

Key words ¶

Dirty money – Black money – Money laundering – Criminality – Drug – Terrorism – Fiscal paradise ¶

Introduction

Avec le recul du temps, il n’est pas exagéré de qualifier la Banque de Crédit et de Commerce International BCCI de « plus grande banque criminelle de tous les temps ». Fondée en 1972, ses débordements de tous ordres, qui se sont longtemps restés masqués derrière sa croissance exemplaire, ne lui ont permis d’exister qu’une petite vingtaine d’année. En 1991, ce vaste empire implanté sur les cinq continents, possédant des succursales florissantes et dynamiques dans plus de soixante pays, n’entretenait pas moins de 400 agences. Elle a constitué la machine à recycler l’argent sale la plus considérable et la machine à soutenir l’un des plus puissants cartels de la criminalité organisée que notre planète ait connu. Sa faillite qui s’est élevée à plus de 12 milliards de dollars, fut un drame qui a fait des milliers de victimes innocentes même pas naïves, des créanciers de bonne volonté aux épargnants honnêtes mais pitoyables. Un tel cataclysme n’est arrivé qu’une fois. On peut penser que les criminels organisés ne tomberont plus dans un piège semblable à celui de la BCCI et on peut penser qu’une banque aux objectifs illicites, s’il en existe encore, retiendra attentivement la leçon.

1 – Chronologie de la Banque de Crédit et de Commerce International

Nous rappellerons les quatre phases importantes de la vie de la banque : sa création, sa croissance, son déclin et sa faillite.

1.1 – La création et le décollage de la BCCI

Le 21 septembre 1972, la Banque de Crédit et de Commerce International BCCI SA a été constituée et enregistrée à Luxembourg, au 25 du boulevard Royal, avec l’ambition d’être un havre de sécurité bancaire implanté au cœur de l’Europe et plus spécialement de la Communauté économique européenne. Très rapidement, sa sœur, la BCCI Overseas Limited fut créée en 1974 et enregistrée dans un autre paradis fiscal, aux îles Caïman, à l’adresse de Ansbacher House, Fortstreet, Georgetown. En 1976 fut adossée à cette dernière une autre filiale des îles Caïmans, l’International Credit and Investment Co (ICIC). La BCCI n’aurait pas été créée sans l’amitié qui liait le pakistanais Agha Hasan Abedi, né en 1922 et Cheih Zayed, né en 1920 à Abu Dhabi.

Si la première banque qu’il avait fondée au Pakistan, l’UBL n’avait pas été nationalisée, Abedi n’aurait pas participé à la création de la BCCI. Fils d’un érudit musulman chiite, diplômé de droit, administrateur avisé du maharadjah il a commencé sa carrière à Bombay dans une succursale de la Habib Bank. Après la partition de l’Inde et du Pakistan, il s’établit à Karachi où il fonde la United Bank Limited (UBL) drainant l’épargne des petits porteurs pakistanais et les salaires plus confortables des émigrés du Golfe persique. Doté d’une vive imagination et d’un grand esprit d’entreprise, au milieu des années 60, Abedi est le premier entrepreneur du Pakistan à s’équiper d’ordinateurs. A la fin de la décennie, l’UBL devient la deuxième banque privée du Pakistan, grâce à ses qualités d’entrepreneur, son entregent et à sa capacité d’analyse exceptionnelles, il a pu conjuguer la prospérité de sa banque et le bénéfice de relations privilégiées, en particulier avec le puissant politicien Nawaz Sharif, alors Premier ministre du Pendjab et ancien premier ministre du Pakistan. Cheikh Zayed, quant à lui, était le fils du Sultan d’Abu Dhabi, assassiné en 1926 par son frère Chakhbout. Mais le vent a tourné et il a pu recouvrer la fortune paternelle et devenir émir. Le boom pétrolier, générant des revenus supérieurs 10 milliards de dollars par an, a permis à Cheikh Zayed de transformer son petit pays désertique en riche oasis où l’argent coule à flots. L’amitié des deux hommes, née en 1967, a trouvé un terrain de développement privilégié : Abedi voyait sa banque personnelle nationalisée, Zayed voulait développer les banques de son pays, et le mélange des difficultés économiques dues aux nationalisations et politiques dues à la confédération des émirats arabes (Abu Dhabi, Dubaï, Charjah, Ajman, Um al Qaiwan, Ras al Khaimah et Fujeirah) les a fait rêver à une grande banque internationale indépendante, pendant même qu’Abedi devenait le conseiller politique et financier de l’émir, le conseiller de ses placements à l’étranger, le constructeur de sa société holding privée. Submergés d’argent les deux hommes voulaient constituer une banque qui soit à l’abri des nationalisations et des hold-up politiques, de préférence gérée par les pakistanais représentés par Abedi, et permettant aux émirs, représentés par le cheikh Zayed, de se constituer un capital énorme en actions et de toucher des dividendes colossaux, à la mesure des revenus pétroliers. Mais même pour des milliardaires, créer une banque internationale au développement infini n’est pas une mince affaire, certaines contraintes devraient être respectées. Il fallait en particulier :

  • Assurer une crédibilité et une confiance internationale fondées sur les relations avec une institution financière occidentale réputée. Les fondateurs ont eu recours à la banque Bank of America de Californie qui offrait à la BCCI, naissante le prestige la garantie de respectabilité d’une des plus importantes banques du monde. En échange d’un versement initial, la banque Bank of America obtint des actions de la BCCI, des sièges dans son conseil d’administration et la nomination de certains de ses dirigeants. Mais ce qui intéressait surtout la banque californienne, c’était la possibilité de s’implanter dans le Golfe persique et la possibilité d’opérer sur un domaine interdit aux occidentaux jusqu’alors. Cette occasion fut offerte par Abedi, qui entretenait des relations d’amitié avec les cheikhs arabes et par la suite par la BCCI. Les intérêts bien compris des deux banques étaient renforcés par l’amitié qui lia, en plus, Abedi au fondateur de la Bank of America, Tom Clausen.
  • Fonder une structure suffisamment opaque ayant un siège social dans un paradis fiscal pour bénéficier de l’anonymat, du secret bancaire et d’un taux d’imposition minime. Lors de son enregistrement au Luxembourg, choisi pour ses multiples avantages financiers, le principal actionnaire de la BCCI était un avocat anglais peu connu Geoffrey Robert Edward Wallis qui détenait 35% du capital de la banque. C’était un proche conseiller juridique d’Agha Hasan Abedi, dont il était le prête nom en même temps que celui de plusieurs autres actionnaires de la BCCI. Il agissait comme conseiller juridique pour lui. Il agissait surtout comme prête-nom pour le compte d’autres actionnaires de la BCCI qui ne voulaient révéler ni leur identité ni l’origine de leurs fonds.
  • Assurer un capital d’au moins 3 millions de dollars. A la fondation de la BCCI, la moitié du capital (1.500.000 $) fut versé par Abedi. La Bank of America souscrivit 625.000 $ (20,8% du capital), 500.000 $ furent déposés par Cheikh Zayed (16,64% du capital). Le reste représentant 12,5% du capital (375.000 $) était la propriété de plusieurs actionnaires minoritaires. C’est l’importance de la fraction souscrite par la Bank of America qui rassura le public et qui permit à la BCCI de ses développer et d’initier des collaborations fructueuses, avec la National Bank of Commerce propriété du roi Fahd, souverain d’Arabie Saoudite. Quatre « ouvreurs de portes » ou « poissons-pilotes » jouaient les caméléons de la banque, apparaîssant ou disparaissant à volonté : Gaith Pharaon, homme d’affaire couleur muraille, Kamal Adham, ancien directeur des services secrets saoudiens, Abdullah Darwish, conseiller financier personnel du cheikh Zayed et son représentant direct au conseil d’administration de la BCCI, Faisal Al­Fulaiji , ancien président de la compagnie aérienne Kuwait Airlines, promu directeur de la filiale bancaire koweïti de la BCCI, la Kuwait Investment Finan­cial Company.
  • Disposer de liquidités initiales ou d’actifs mobilisables d’au moins 100 millions de dollars. La moitié de ce montant fut déposé par le Cheikh Zayed et le solde par les autres actionnaires.
  • Implanter une structure de gouvernance composée d’un état-major opérationnel où figuraient essentiellement les anciens dirigeants des banques pakistanaises nationalisées et qui étaient proches d’Abedi. Abedi avait décidé depuis longtemps que la BCCI serait le bras armé de son ancien clan, et les membres de ce clan géraient effective la BCCI et détenaient le pouvoir effectif. Le président Abedi était assisté du vice-président Swaleh Naqvi, de la directrice du département du protocole Zafar Iqbal et du responsable de la gérance des comptes de Manuel Antonio Noriega, le pakistanais Amjad Awan.

Les objectifs de la BCCI étaient clairs, comme son domaine d’activité, elle s’était donné des moyens : un marché, des ressources financières, des ressources humaines, elle était prête à conquérir le monde.

1.2 – La croissance et la notoriété de la BCCI

Un an après sa fondation, la BCCI avait, en 1973, six bureaux : à Londres, Luxembourg, Abu Dhabi, Sharjah, Dubai et au Liban et elle commença à croître en taille et notoriété. Elle devint l’une des principales banques privées du monde. En 1976, quatre ans après sa création, elle était déjà présente dans trente-deux pays avec 146 agences ouvertes à Londres, Paris, Monaco, dans plusieurs pays d’Afrique, d’Asie et du Golfe persique. C’est cette année-là qu’elle a ouvert sa seconde filiale aux îles Caïman, l’International Credit & Investment Co (ICIC) qui sera par la suite qualifiée de « machine infernale » ou de « banque dans la banque ». Dès 1977, les responsables ne lésinent pas sur les méthodes modernes de gestion et les vieilles machines à écrire sont remplacées par des terminaux d’ordinateur. Au fil des années, la BCCI se développe rapidement et accroit le nombre de filiales et de succursales internationales. Au début des années 1990, la BCCI était une véritable toile d’araignée intercontinentale. A cette époque, le groupe emploie 12 000 salariés, ses avoirs atteignent 22 milliards de dollars ; 1 300 000 déposants font confiance à ses 400 bureaux ou succursales, à ses 40 filiales situées dans 73 pays. La BCCI est une multinationale classée au septième rang mondial des banques à capitaux privés.

Dès le début, la BCCI se dissimule derrière des masques. De 1974 à 1984, il est de notoriété publique que les principaux apporteurs de capitaux étaient les riches arabes du Golfe, alors que son actionnariat était en partie composé de prête-noms, des hommes de paille et des devant de scène. Les arabes mis en avant par la BCCI jouaient un rôle tout à fait marginal. En réalité ce n’était pas le cas, en 1977, les registres de la banque montrent que l’ICIC est l’actionnaire majoritaire de la BCCI avec 50,1% du capital, la Bank of America en possède 30%, Majid Al Ftaim of Dubai 4%, la famille régnante d’Abu Dhabi 3,4%). Ce sont les Pakistanais qui possédaient la BCCI alors que tout le monde croyait qu’elle était la propriété des cheikhs arabes. Les Pakistanais, détenteurs du pouvoir effectif, professionnels avertis des techniques bancaires légales et illégales opéraient, en toute discrétion, à partir de Londres des îles Caïman, du Luxembourg et surtout de son principal centre d’opérations qui se situait à Karachi, au Pakistan. Habilement, la BCCI a acquis la réputation d’être la banque des musulmans, des pauvres et des pays du tiers monde. Dès le départ elle a axé sa communication sur l’aide apportée aux hommes d’affaires musulmans pour les financements délicats et sur la contribution au développement des pays du Tiers Monde. Elle projetait le leurre d’une banque islamique alors qu’elle n’était en réalité qu’une banque affiliée au crime organisé. En raison de l’ignorance de sa nature profonde, elle a attiré une clientèle diversifiée : les immigrés pakistanais qui accordaient leur confiance à une banque du pays, les banques centrales des pays tiers monde, les riches cheikhs détenteurs de pétrodollars. Les croyants islamiques de nombreux pays l’ont choisi pour y déposer leurs fonds. Mais ses structures tentaculaires internationales ont attiré la clientèle criminelle internationale, pas véritablement recherchée par banques honorables et après 1984, la BCCI commence à apparaître comme une des branches douteuses du système bancaire international.

La croissance rapide de la BCCI a été causée par le développement de nombreuses succursales créées pour être proche de sa clientèle et lui rendre de multiples services, mais c’est surtout la nature de l’organigramme de la BCCI, conçu à l’image d’une termitière ou d’une fourmilière qui a assuré sa croissance et son succés. Cinq types d’entités contribuaient à son succès, fondé sur des opérations tantôt légales, tantôt illégales :

  • Les banquiers ordinairesqui se comptaient par milliers. Ils constituaient les cadres et le personnel d’exécution de la BCCI, de ses sièges nationaux, de ses succursales régionales et locales, de ses holdings, qui travaillaient dans le cadre légal normal d’une banque. Leur tâche primordiale était la collecte de l’argent qui provenait, pour une large part, des dépôts des travailleurs, commerçants, grands marchands d’Asie du Sud, du Moyen Orient, d’Afrique noire, ou des immigrés asiatiques, arabes ou africains en Europe ou en Amérique du Nord et du Sud. Le personnel ordinaire effectuait l’ensemble des opérations habituelles d’une grande banque transnationale. Il était chargé de recueillir les dépôts, d’investir les fonds, d’accorder des crédits commerciaux et de financer les transactions légales. Seule l’obligation de liquidité minimale était imposée ces banquiers ordinaires : 10 % de la totalité des fonds déposés suffisaient à honorer les demandes de retrait habituelles des opérateurs.
  • Les entrepreneurs qui étaient les financiers de haut vol, nommés directement par Abedi. Ils étaient au nombre d’une centaine. Extrêmement compétents, ils dirigeaient et géraient la fortune ou plutôt le butin de clients qui opéraient dans l’ombre et qui refusaient d’apparaître sous leur identité réelle. L’objectif avéré et la tâche primordiale de ces entrepreneurs étaient de créer un climat susceptible d’attirer les gros déposants personnels qui voulaient faire sortir leur argent de leur pays et voir leurs capitaux gérés le plus discrètement possible. Les entrepreneurs étaient chargés de clients clandestins aux liquidités considérables, mais d’importance politique et financière moindre que ceux de la catégorie suivante figurant au fichier de  » la banque dans la banque ». Parmi ces entrepreneurs, de notoriété publique, on peut citer, Amjad Awan qui était responsable de la gérance des comptes de Manuel Antonio Noriega. La croissance de la BCCI n’était pas seulement due aux activités bancaires ordinaires mais surtout à la transformation de cette banque en un réseau de criminalité organisée qui attirait et servait plus de 3 000 criminels. L’américain Jack Blum, chargé d’enquête au Sénat américain avait d’ailleurs baptisé la BCCI « Banque des Canailles et des Criminels Internationaux ».
  • Le sanctuaire de « la banque dans la banque » : l’ICIC, qui était installée aux îles Caïman. Une grande partie des fonds recueillis par la BCCI était presque immédiatement transférée, clandestinement, aux îles Caïman, tous les mois, sur des comptes secrets et mis à la disposition de l’ICIC véritable sanctuaire de la BCIC. Banque dans la banque, l’ICIC fondée par Abedi et ses amis les plus intimes, pakistanais pour la plupart était exclusivement dirigée par eux. Ils Ces tenaient la comptabilité centrale de l’empire selon la méthode classique ancienne, pour mieux laisser dans l’ombre leurs activités criminelles et pour rendre difficile tout tentative de décryptage des documents centraux qui étaient écrits à la main, en langue urdu et selon un certain code. L’ICIC regroupait les banquiers de l’ombre qui s’occupaient des clients clandestins à la fortune considérable et parfois d’une très grande importance politique comme l’ancien président irakien Saddam Hussein[1].
  • Les préposés au protocole : ils faisaient partie du bureau qui s’occupait des besoins extra bancaires des clients les plus importants et rendait avec efficacité et discrétion tous les services personnels exigés par des créanciers importants. Le siège social était en Pakistan. Chacun des 73 sièges nationaux de la BCCI fut doté d’un bureau du protocole qui avait notamment pour rôle d’entretenir des réseaux internationaux de call girlset de call boys pour assurer à sa clientèle des faveurs sexuelles, d’obtenir des bourses pour les rejetons des familles puissantes dans les universités d’Europe et des Etats-Unis, d’assurer discrètement les transports intercontinentaux ou régionaux de la clientèle par une flottille d’avions privés et de limousines de luxe, de faciliter le logement des créanciers d’importance dans des villas de vacances sur la Côte d’Azur, à Acapulco et en Jamaïque, de régler discrètement les dettes de jeux de sa clientèle à Cannes, Monaco ou Las Vegas.
  • Le réseau noir ou les membres des unités noires constituaient la cinquième et la dernière catégorie des entités de la BCCI. Ce réseau noir était composé d’environ de 1 500 hommes de main, de criminels, de tueurs, des contrebandiers capables de monter des opérations d’une grande complexité. Ces unités noires servaient de tueurs à gages. Ils étaient soumis à un entraînement militaire intensif, organisés en cellules fonctionnant sur le mode d’une société secrète et portant des noms de code. Commandés à distance par Abedi en personne, ils rendaient des services rémunérés aux clients les plus secrets et les plus choyés de la BCCI. A titre d’exemple, le black network a organisé certains des attentats les plus meurtriers contre la population civile de Granada pour rendre service à leur client Adolfo Calero, le chef des Contras du Nicaragua. Il a joué le rôle d’intermédiaire entre la Syrie et la Corée du Nord pour se doter clandestinement de missiles Scud-B comme d’intermédiaire entre l’Arabie Saoudite et la Chine pour l’achat des missiles de type Silk­worm. Ils participaient activement au trafic intercontinental de la cocaïne, de l’héroïne et des drogues chimiques, de la traite des femmes. Ils surveillaient minutieusement les grands personnages, mais aussi les petits. Ils étaient chargés de la police intérieure de la banque : les employés récalcitrants des catégories « Entrepreneurs », « Préposés au protocole » ou « Banquiers ordinaires »  de la BCCI ou auteurs de la moindre indélicatesse (escroquerie, abus de confiance, détournement) était sanctionné sans pitié par les membres de l’unité noire. La partie cachée de la BCCI avait des allures de cauchemar.

3 – Le déclin de la BCCI

Le déclin de la BCCI est dû à trois causes qui ont provoqué son implosion : la défaillance générale de la trésorerie à cause d’un dirigeant incompétent, l’opération C-Chase menée par les douanes américaines et l’inculpation de la BCCI par la justice américaine.

3.1 – La défaillance de la trésorerie

Depuis 1982, la trésorerie centrale de la BCCI était gérée à Londres pour optimiser le gigantesque réservoir de liquidités de 69 pays titulaires de 10 milliards de dollars d’actif. Comme la plus grande partie de ces capitaux n’avait pas de destination précise, la plus grande partie de ces sommes fut transférées à l’ ICIC. Syed Raziuddin Ali Akbar, qui était à la BCCI-Oman en 1975, fut muté à Londres, pour devenir le chef de la trésorerie. On lui demandait simplement de limiter ses activités spéculatives à une perte maximale de 100 millions de $. Akbar se montra complètement défaillant. Inexpérimenté, il a perdu beaucoup d’argent dans des opérations à court terme, notamment sur le marché des changes, incapable qu’il était d’apprécier la volatilité des cours et l’essence des spéculations. Incapable de payer ses dettes et d’en assumer la responsabilité il essaya de dissimuler ses pertes. Pour ceci, il recourut à un opérateur qui changeait souvent de nom, la Capcom Financial Service, initialement baptisée « Hourcharm » à Londres, puis transformée en « Capital Commodity Dealers » et enfin « Capcom Financial Services ». Capcom, opérateur et courtier sur les marchés de matières premières de Londres et Chicago, orientée vers les contrats à terme importants (160 millions de dollars de contrats par an) permit à Akbar de créer des transactions massives virtuelles et de dissimuler les fraudes. Il enregistrait les revenus de certaines ventes comme étant des gains, dans un registre spécial, alors qu’il s’agissait en fait de dettes. A l’échéance il vendait des contrats pour obtenir des espèces, et les pertes avouées atteignant 75 millions de dollars en 1984, 150 millions en 1985 et 55 millions en 1986 ne représentaient qu’une faible partie des pertes réelles, évaluées ultérieurement à 430 millions de dollars par le cabinet d’audit Price Waterhouse. Akbar spéculait aussi avec l’argent de ses clients pour compenser ses pertes et camoufler ses fraudes, mais son manque d’expérience lui faisait obtenir l’inverse du résultat recherché.

Le deuxième problème vint de la faillite d’un des principaux clients de la BCCI, la société d’armement maritime pakistanaise appartenant aux frères Gokal, qui avait prêté au moins 700 millions de dollars et qui mettait en péril la capacité financière de la BCCI, entamée par certains actionnaires, comme Gaith Pharaon qui devait 580 millions de dollars à la banque et Kamal Adham débiteur de 300 millions de dollars, sans compter les nombreux princes du désert qui avaient une fâcheuse tendance à demander des crédits qu’ils ne remboursaient pas, souvent parce qu’ils affirmaient que ces sommes avaient été portées à leur compte sans qu’ils les reçoivent[2].

3.2 – L’opération C-Chase montée par les douanes américaines

L’opération connue sous le nom de code C-Chase fut montée par les douanes américaines en 1985 sous la direction du commissaire Von Raab. L’agent spécial Robert Mazur, s’était infiltré au sein du cartel de Medellin, pour se faire passer pour un administrateur de biens et un courtier de devises, ce qui lui a permis, pendant 3 ans d’approcher des trafiquants colombiens, péruviens, panaméens et de blanchir pour leur compte des centaines de millions de dollars provenant du trafic de drogue. Les agents douaniers infiltrés de l’opération C-Chase ont transféré sans problème des millions de dollars provenant des ventes de cocaïne, à la BCCI de Panama et à la BCCI du Luxembourg. Mazur a même simulé un mariage avec sa collègue Kathlen Erickson, le 8 octobre 1988, pour inviter le gotha de la drogue à Tampa, en Floride. Parmi ceux qui tombèrent dans ce piège grossier, on comptait la plupart des membres des cartels de la cocaïne et la plupart des hauts cadres de la BCCI chargés des opérations de blanchiment de milliards de dollars. Un rapide complément d’enquête montra les liens étroits entre la succursale londonienne de la BCCI avec le trafiquant de drogue sud américains et le dictateur Manuel Noriega. La BCCI fut accusée à Miami d’avoir blanchi 32 millions d’argent sale et l’opération C-Chase était un succès.

3.3 – L’inculpation de la BCCI par la justice américaine

L’inculpation de la BCCI après l’opération C-Chase fut le début d’une longue suite de démêlés avec la justice américaine commençant par l’inculpation des dirigeants de la filiale de la banque à Tampa en Floride. En janvier 1990 elle dut payer 15 millions de dollars d’amende et certains de ses dirigeants de la BCCI furent condamnés à des peines de prison. Sa réputation était alors ruinée et son premier partenaire, la Bank of America l’a abandonnée, en déclarant qu’elle ne connaissait pas ses activités illégales. Pour sauver ce qui pouvait l’être, la BCCI contacta la société de relations publiques « Hill et Knowlton ». Pour 50 000 $ par mois, H&K délégua 22 professionnels de la communication, dont 6 permanents à New York, Tampa et Washington pour défendre la réputation de la BCCI, pour museler la presse et former ses employés au media training. H&K travaillait en collaboration avec le cabinet d’avocat de la BCCI, Clifford et Altman. Cette stratégie ne fit que retarder l’échéance inéluctable car les faits étaient trop énormes pour être gommés ou dissimulés.

4 – La faillite et la fermeture de la BCCI

Le fondateur de la BCCI tomba malade et disparut, au moment où la justice anglaise assistée des organismes de réglementation internationaux, neutralisa la BCCI, ses agences, ses comptes et ses avoirs, entachés de pertes vertigineuses.

4.1 – La maladie et le retrait du fondateur

Agha Hasan Abedi, fondateur de la BCCI, le stratège à long terme de la banque et détenteur sans partage du pouvoir effectif, qui avait imaginé « sa » banque comme une plaque tournante permettant d’attirer tous les criminels et les délinquants financiers, et d’échapper tout contrôle gouvernemental, fut obligé de se retirer en 1990, victime d’une double crise cardiaque et d’une attaque cérébrale. Il mourut ensuite en 1995. A son retrait, il confia la direction effective de la banque à un de ses principaux collaborateurs, Swaleh Naqvi. Mais Naqvi n’avait pas l’imagination et la créativité aussi malfaisantes qu’Abedi et les réseaux de la criminalité organisée avaient perdu le planificateur, l’organisateur et le dirigeant suprême de la machine infernale appelée BCCI.

4.2 – Le rapport Tempête de sable (Sandstorm)

La BCCI intriguait depuis longtemps les autorités britanniques et américaines, mais elles n’avaient pas les moyens de confondre la banque car ses pertes et ses fraudes en tout genre étaient masquées par la publication de comptes falsifiés, publiés par une structure dont l’unique but était de contourner les contrôles de surveillance des banques et son système d’organisation spécifique lui permit de bénéficier d’une grande opacité. Même les auditeurs les plus expérimentés n’ont jamais fait le tour de la vraie structure de l’entreprise, qui depuis ses débuts était constituée d’entités superposées et imbriquées, reliées entre elles par une série impénétrable de sociétés holding, de sociétés affiliées, de filiales, de banques dans des banques et de sociétés tantôt réelles tantôt vides de substance. Rarement, un groupe bancaire a été aussi opaque et aussi difficile à appréhender. L’enquête spéciale appelée « tempête de sable » a été demandée à la société d’audit Price Waterhouse[3] en 1991 par la banque d’Angleterre. C’est ce rapport qui a permis de dévoiler la vérité criminelle de la BCCI. Il mettait en lumière le détournement de fonds, les opérations illégales, les crédits à certaines sociétés et prête-noms avec des prises de risques inconsidérés, la corruption de certains dirigeants. Le rapport montrait aussi que cette banque douteuse mettait en péril ses déposants, ses créanciers et ses actionnaires en particulier à cause d’un déficit estimé à une fourchette de 12 à 17 milliards de $ découvert dans ses comptes. Les autorités anglaises ont voulu, en 1990, faire une tentative de redressement de la BCCI, pour éviter le pire. Avec le concours de la firme Price Waterhouse qui avait refusé de certifier les derniers comptes publiés pour raison d’insolvabilité elles ont tenté de convaincre le Cheikh Zayed à l’origine de la constitution de la banque, de devenir le propriétaire majoritaire. Cheikh Zayed devait réinvestir un milliard de dollars pour combler le déficit de la BCCI, et racheter la participation de certains actionnaires, portant ainsi son pourcentage d’intérêt dans le capital de la banque à 77 %. De plus, la BCCI était obligée d’enregistrer des provisions pour créances douteuses de 600 millions de dollars et d’annoncer une perte courante de 489 millions de dollars. En contrepartie, si toutes ces conditions étaient satisfaites, le cabinet Price Waterhouse certifierait ses états financiers comme étant réguliers et sincères. Malgré les efforts du Cheikh Zayed, après les tentatives de redressement programmées, la décision de sa fermeture fut prise par Banque d’Angleterre et de l’Institut Monétaire du Luxembourg, le 5 juillet 1991. Toutes les activités de la BCCI furent suspendues et ses avoirs gelés, le 5 juillet par 8 banques centrales : Angleterre, Luxembourg, îles Caïman, Etats Unis, France, Espagne, Suisse et le Japon. D’autres pays feront de même les jours qui suivent. Une opération coup de poing sans précédent menée le 5 juillet 1991, presque simultanément dans de nombreux pays et lancée par les autorités bancaires internationales, a abattu, et en deux jours consécutifs, la BCCI : ses portes sont fermées par décision de ces autorités, ses coffres sont bouclés, ses comptes sont gelés et un passif de plusieurs milliards de dollars résume la triste réalité qui fit des milliers de victimes. Parmi ces victimes on pouvait compter 12 000 salariés du groupe, 25 000 créanciers possédant 370 000 comptes, 120 000 très gros clients et des millions de petits clients, sans compter tout ou partie des réserves de certaines banques centrales : Angleterre, Arabie Saoudite, pays d’Amérique Latine, Argentine, Bangladesh, Belgique, Botswana, Brésil, Chine, Colombie, Corée, Congo, Côte d’ivoire, Espagne, Emirats arabes unis, France, Hongrie, Iran, Italie, Liban, Liberia, Libye, Maroc, Nigeria, Pakistan, Panama, Pérou, Philippines, Sénégal, Suisse, Soudan, Thaïlande, Tunisie, Turquie, Yougoslavie.

4.3 – L’accalmie après la tempête

La directive européenne 95-26-CE dite « post-BCCI » a été adoptée par les pays membres de l’union européenne après la défaillance de la BCCI. Elle vise à garantir dans le droit des états membres, une surveillance renforcée et efficace des établissements financiers, et surtout des établissements de crédit. Elle est venue renforcer les normes prudentielles qui devaient être respectées par les réviseurs des comptes en leur imposant de prendre en considération les quatre éléments suivants :

– Faire de la transparence de groupes de sociétés auxquelles une entreprise financière est rattachée une condition d’agrément de l’audit.

– Imposer aux entreprises financières d’avoir leur administration centrale et leur siège statutaire dans le même état pays membre.

– Élargir les possibilités d’échange d’information entre les pays membres.

– Imposer aux commissaires aux comptes l’obligation de signaler aux autorités de surveillance les irrégularités constatées au niveau des entreprises financières.

Le législateur européen a posé ici le premier jalon qui allait être suivi de beaucoup d’autres, en particuliers après des affaires des années 2002-2003, telles qu’Enron, Xerox, Worldcom et autres.

2 – Les multiples aspects du blanchiment et de la criminalité gérés par la Banque de Crédit et de Commerce International

Plusieurs enquêtes et auditions relatives au cas de la BCCI ont été menées par quatre commissions spécialisées du Sénat et du Congrès américains et la commission d’enquête nommée par la Chambre des communes anglaise. Après deux ans d’enquête et 300.000 documents résumés en 800 pages, un rapport sur l’affaire de la BCCI fut publié par le sénat américain en décembre 1992. Ce rapport concentrait sur la structure de la BCCI, sa criminalité, ses victimes, ses canaux et ses acteurs. Ce rapport et accessoirement les enquêtes du Financial Times permettent de montrer que la BCCI était au cœur du crime organisé et qu’elle en était le symbole.

2.1 – L’argent sale et l’argent noir de la criminalité organisée

La BCCI n’était pas une banque ordinaire. Elle était dirigée par et contrôlée par les agents du crime organisé. Elle blanchissait l’argent sale des activités criminelles et illégales et l’argent noir des activités légales mais non déclarées.

– L’argent sale des activités criminelles et illégales

Les enquêtes qui ont suivi la fermeture de la BCCI en 1991 ont montré qu’elle exposait une large activité criminelle sur tous les continents.

  • L’argent de la drogue : Dés le début des années 1980, la BCCI blanchi les narcodollars de l’Argentine, de Colombie, du Pérou. Pour ceci elle a acquis la banque colombienne, Banco Mercantil qui facilitait les transferts des produits de la vente de cocaïne vers BCCI Panama et vers la BCCI Luxembourg. La drogue passait du Panama aux Etats-Unis par avions cargos. A chaque passage, 20 tonnes de drogue étaient cachées dans des réfrigérateurs truqués. Floyd Carlton, un pilote panaméen spécialiste des vols sur petits avions, recevait plus de 600 000 dollars, par l’intermédiaire de la BCCI, pour transporter la cocaïne de Noriega, vers la Floride. Par suite, il transportait des millions de dollars du cartel de Medellin depuis la Floride vers le Panama, où l’argent était blanchi.
  • L’argent de la criminalité organisée : Comme la plupart des opérations de blanchiment nécessitent à un certain moment l’intervention d’une banque, cette dernière est un acteur important dans le recyclage d’argent sale. Pour rendre possible ces activités illégales, les délinquants doivent chercher des banques complices qui seront prêtes à violer les procédures de contrôle interne et externe appliquées aux filiales dispersées à l’étranger. Mais pourquoi se contenter de les chercher, alors qu’on peut les posséder ? Tel était le cas de la BCCI, la banque possédée par la criminalité organisée et qui traitait avec d’autres institutions financières pour blanchir les capitaux sales. Les activités criminelles quotidiennes exécutées par l’ICIC, banque située aux îles Caïman mais surtout organisation criminelle de type classique de la BCCI fondée aux îles Caïman, étaient notamment les suivantes : la prostitution, par l’intermédiaire du département du protocole, qui fut fondé au Pakistan, avait comme objectif principal la satisfaction des besoins non bancaires, mais personnels des clients VIP de la BCCI en particulier l’offre des faveurs sexuelles. La begum Asghari Rahim était la femme qui procurait certains à cheikhs arabes et aux clients importants, des jeunes filles et des jeunes garçons âgés de 16 à 20 ans. La contrebande était assurée à l’ICIC par ses unités noires. Elle assurait le soutien logistique du transport des espèces, mais aussi de certaines matières. Par son intermédiaire, la BCCI a participé dans la contrebande du café grâce au financement des lettres de crédit et paiement des pots-de-vin aux transporteurs, aux officiers des postes douaniers routiers et maritimes et à ses producteurs de l’Amérique Centrale comme la Guatemala, le Honduras et El Salvador. Elle a payé ces pots-de-vin afin de permettre à son client Bilbeisi de bénéficier des livraisons de café non assujetties aux accords tarifaires. Ce café, qui était disponible à un prix très bas, et destiné à la consommation domestique ou à l’exportation, était détourné vers Miami et la Nouvelle Orléans, où il est secrètement entreposé, bien que les étiquettes mentionnaient qu’il serait livré à la Jordanie, la Syrie. Les enquêtes ont révélé que les agents de transport maritime ont perçu 4,5 millions de dollars de pots-de-vin de Bilbeisi contre l’établissement de faux manifestes de chargement pour duper les douaniers américains. Le trafic d’armes était un poste bénéficiaire important pour la BCCI. Certains trafiquants d’armes utilisaient le réseau de la BCCI en coordination avec d’autres banques, telles que la Banco Nationale Del Lavoro, en Italie qui collaborait avec la BCCI pour faciliter l’achat illégal d’armes au gouvernement de Saddam Hussein. La BCCI était aussi un intermédiaire important avec la Corée du Nord et la Syrie qui cherchaient à se doter clandestinement de missiles Scud-B. Elle a aussi acheté et fourni 64 chars d’assaut M-84 yougoslaves et une partie de l’équipement nécessaire aux forces de la coalition pour aider le Koweït dans la guerre du Golfe. Elle pouvait aussi fournir des chars d’assaut italiens OF-40 Mark 2 (à Abou Dhabi), des canons coréens S-23 de 180 mm (à Dubaï) ou des lance-missiles brésiliens ASTROS II (à l’Iran et à l’Irak), et à côté des armes conventionnelles elle encourageait les recherches atomiques du Pakistan, de l’Iran, de l’Irak et de la Libye pour développer des armes nucléaires. Le Guardian affirmait que la banque a été utilisée conjointement par la Libye. Agha Hasan Abedi offrit 6.25 millions de dollars au président pakistanais, Ghulam Ishaq Khan, pour l’aider à réaliser son projet du développement d’une bombe atomique, et fit payer par la BCCI les honoraires des avocats qui défendaient Abdul Quadie Khan, accusé d’avoir volé les plans d’une usine d’enrichissement d’Uranium. Tout semble confirmer que la BCCI était aussi la banque privilégiée de la CIA. Celle-ci a reconnu le 2 août 1991 avoir utilisé les services de la BCCI pour réaliser certaines opérations secrètes telles que le financement des rebelles afghans qui luttaient contre les Soviétiques, les subventions à certaines personnalités comme le négociant d’armes Adnan Khoshoggi, Saddam Hussein et le président panaméen Manuel Noriega, dont le salaire reçu de la CIA a transité par plusieurs comptes de la BCCI­ à Londres, gérés par Amjad Awan, ou encore la préparation de l »Iran Gate », scandale qui avait secoué l’Amérique en 1986 après à une opération de vente d’armes à Iran et à la Contra nicaraguayenne organisée par la CIA avec la complicité d’Israël.

La BCCI n’était pas une banque qui se contentait des opérations ordinaires. Elle se livrait à d’autres activités éloignées des métiers de la banque traditionnelle. Grâce à sa filiale des îles Caïman, l’ICIC, elle a pu racheter plusieurs banques américaines : la FAB à Washington, la NBG et l’Independence Bank en Californie, la National Bank of Georgia, grâce des prête-noms. L’achat le plus choquant a été celui de la FAB,  First American Bankshares, un important établissement implanté dans treize États. Cet achat clandestin et douteux a coûté 200 millions de dollars au groupe et cette somme pèsera aussi sur sa faillite. Nous pourrions citer encore beaucoup d’autres exactions de la BCCI, en matière de terrorisme (le terroriste palestinien Abou Nidal s’adressait à la BCCI pour recycler les millions de dollars de rançons extorqués), en matière de corruption, d’intimidation ou d’escroquerie.

– L’argent noir des activités légales non déclarées

Les enquêtes après la fermeture de la BCCI en 1991 ont montré que non seulement elle aidait ses clients criminels à expatrier frauduleusement leurs capitaux privés lorsqu’ils courraient des risques politiques ou financiers mais encore qu’elle aidait sa clientèle très spéciale à falsifier leur déclaration de revenus et dissimuler des opérations permettant de limiter l’assiette de leurs impôts. Pendant plus de 15 ans, la BCCI a attiré l’argent provenant de la fuite des capitaux et de l’évasion fiscale, spécialement les sommes accumulées par les fonctionnaires gouvernementaux corrompus de différents pays du monde. En révisant les opérations de trésorerie de la BCCI, la société Price Waterhouse a découvert une dette d’impôts à payer au gouvernement anglais et le consultant de la BCCI recommandait la fuite ou l’évasion des capitaux en délocalisant les opérations de la trésorerie hors d’Angleterre. La BCCI pratiquait l’aide à la falsification des déclarations de revenus sur une très grande échelle.

2.2 – Les réseaux et les blanchisseurs de la criminalité organisée

De telles activités illégales nécessitaient beaucoup de réseaux et d’opérateurs travaillant dans le secteur marchand ou dans le secteur à but non lucratif.

– Les canaux à but lucratif : Deux secteurs principaux ont été exploité par la BCCI pour recycler les capitaux d’origine illicites: le secteur des jeux et le marché financier. Les établissements de jeux et plus particulièrement les casinos de Cannes et Las Vegas constituaient un vecteur parfait pour la BCCI pour blanchir de l’argent sale, surtout parce qu’ils présentaient de larges possibilités de corruption et de complicités et en outre ils proposaient des services quasi bancaires tels que les facilités de change, les transferts de fonds et même certaines possibilités de crédits. En complément, la BCCI utilisait le marché financier pour camoufler les fraudes et recycler l’argent sale (Tel était le cas avec Akbar). Lorsqu’elle effectuait des transactions sur les marchés des valeurs mobilières et des commodities pour le compte de ses clients criminels, la BCCI acceptait des espèces en infraction avec les règles internationales, puisqu’elle visait les commissions vu son rôle d’opérateur et d’agent, facilitant ainsi le lavage et l’intégration de l’argent sale. Les marchés financiers sont devenus pour la BCCI, le véhicule privilégié du blanchiment, à cause de la rapidité des transferts, de la diversité des transactions, de la facilité d’opérer, de l’ampleur du le volume des opérations et de l’obscurité du contrôle lorsque les opérations ne causent pas d’incident et sont menées à bonne fin. De plus, on perd la trace du blanchiment d’argent illicite dès que les fonds ont transité par la chambre de compensation du marché financier, qui est un organisme officiel particulièrement surveillé et qu’on ne qu’on ne peut pas soupçonner de complicité.

– Les canaux à but non lucratif : Plusieurs organisations à but non lucratif furent lancées par la BCCI pour jouir et bénéficier de la confiance du public et surtout de la circulation et de l’amalgame de liquidités blanchies à travers ce réseau. Cette voie a permis à la BCCI d’éluder, à la fois, le public et les régulateurs. Parmi les fondations à but non lucratif, on peut citer la Fondation du Tiers Monde. Cette fondation affiliée à la BCCI, était une de ses entités sociales qui offrait des prix annuels valant 100 000$, à des figures sociales et politiques, exploitées comme un moyen facilitant leur entrée dans un pays ciblé et par la suite l’obtention des fonds de ses citoyens et organisations. En outre, la Fondation ICIC pratiquait la charité publique sur une vaste échelle et avec le plus de publicité possible. A Londres, le Cromwell Hospital, un des établissements de soins les plus célèbres du royaume, bénéficiait de ses largesses. La Fondation était associée à celle de l’ex-président américain Jimmy Carter. Sur les cinq continents, elle entretenait des orphelinats, des centres d’apprentissage, des centres de recherche scientifique, des écoles, des cliniques pratiquant une recherche médicale de pointe, des hospices et refuges pour les personnes âgées. Quant aux sociétés fantômes ou fictives, la BCCI a crée une filiale à Nassau, et une agence totalement fictive à Miami, pour assister ses clients américains et les aider frauder le Fisc et à détourner les lois fiscales.

– Les agents de blanchiment et les collaborateurs involontaires : Agha Hasan Abedi, qui était le deus ex machina de cette machine infernale, utilisait les noms et les fonds des riches émirs pour attirer et motiver les gens à placer leurs fonds au sein de ses agences. Il exploitait systématiquement tout organisme qui pourrait participer à la consolidation de la puissance de la BCCI, perçu comme personne morale et entité légale. Il a su s’attirer le soutien des hommes de paille en leur donnant des salaires et des primes considérables. Les ouvreurs de porte et les poissons pilotes étaient innombrables : des avocats, des hommes d’affaires américains, arabes, européens et autres. Les experts-comptables et les cabinets d’audit figuraient parmi ces agents de création qui ont aidé la BCCI à organiser, gérer ses affaires financières en profitant de leur savoir-faire. Lorsque la BCCI a été immatriculée, la première fois, au Luxembourg en 1972, nous l’avons vu plus haut son principal actionnaire est un certain Geoffrey Robert Edward Wallis, un avocat anglais peu connu qui détenait 35 % du capital de la banque. Comme les autorités réglementaires américaines ont résisté à l’entrée de la BCCI aux Etats Unis, cette dernière se trouvait obligée de contourner les lois et de dépendre de l’aide de certaines professionnels légaux comme l’avocat (et ancien secrétaire d’Etat de la Défense américain), Clark Clifford, assisté par une armée sociale et politique, formée par des avocats, surtout son associé, Robert Altman et de relations publiques. Ces derniers furent utilisés comme prête-noms, pour acquérir clandestinement et indirectement, en violation avec les lois américaines, plusieurs banques américaines, d’une manière illicite et illégale. De plus, la BCCI a eu recours à des commerçants qui ont joué le rôle des ouvreurs de porte. Nous pouvons citer le cas, encore une fois, de Gaith Pharaon. Gaith Pharaon, grand bénéficiaire du boom pétrolier possédait des participations dans plus de 156 sociétés en 1986, comprenant des hôtels, des compagnies pétrolières, des banques et des sociétés d’assurance, c’était un partenaire de poids pour Abedi en particulier parce qu’il était fils du médecin personnel du roi Fayçal d’Arabie Saoudite. A sa création, il avait acquis 9,9 % des actions de la BCCI et c’était un des comparses les plus actifs révélé par le scandale de la BCCI. Au fil du temps, Pharaon est devenu un client fidèle de la BCCI, et surtout un prête-nom qui va l’aider à piloter des opérations illégales, et surtout sur le marché américain. Comme il recevait de la BCCI, et directement d’Abedi et de Naqvi, des prêts généreux qu’il n’était pas obligé de rembourser, et qui s’élevaient en mars 1991 à 537 millions de dollars, il a acheté la Banque Nationale de Géorgie, avec l’argent fourni par la BCCI, pour ensuite la revendre à la FAB. La BCCI recherchait aussi des personnages politiques de premier plan. On peut citer le cas de Kamal Adham, fondateur des services secrets saoudiens formé par la CIA. Il s’est manifesté à de nombreuses reprises dans la vie de la BCCI, en particulier lorsqu’il a fallu trouver des personnages indiscutables pour couvrir certains achats clandestins de banques aux États-Unis. Compte tenu de l’absence de réaction des Américains quand Kamal Adham se manifestait, on est en droit de penser qu’il agissait souvent pour le compte et sous les ordres de la CIA. En Outre, la BCCI a utilisé la renommée des chefs d’État ou de gouvernement, des hommes politiques de haut rang, des hauts fonctionnaires, des magistrats, des militaires de haut rang, des dirigeants de partis politiques, qui ont exercé d’importantes fonctions publiques dans un pays donné, pour favoriser son commerce et faciliter les activités de sa criminalité organisée, à travers le monde. Entre autres, l’ancien président américain Jimmy Carter, l’ancien directeur du budget de ce dernier Bert Lance et beaucoup de responsables de services spéciaux du Tiers-monde, des pays riches, de la CIA dont nous avons parlé plus haut. La BCCI n’a pas seulement bénéficié des faveurs offertes par les personnages politiques de premier plan, mais elle a à son tour, aidé certains de ces derniers à blanchir les fonds provenant de vol d’actifs publics ou de fonds appartenant à des partis politiques ou à des syndicats, des commissions illégales, des pots-de-vin, ou autres produits directement issus de la corruption.

Les professionnels de la banque et des cabinets d’expertise comptable et d’audit n’ont pas non plus échappé à ses larges tentacules. La BCCI a pu commencer à manipuler la crédibilité et la confiance du public en se fondant sur la renommée de la Bank of America. De même, elle a tiré beaucoup d’avantages de la certification des ses comptes par ses auditeurs, PriceWaterhouse et Ernst & Whinney, qui on certifié pendant des années que ses états financiers offraient une image fidèle et sincère de sa situation financière et de son patrimoine.

Conclusion

La BCCI était un univers complet du crime organisé à elle toute seule. Dirigée par un clan de manipulateurs professionnels bancaires pakistanais, elle était, dans sa triste réalité la « Banque des Canailles et des Criminels Internationaux », traduction française de : « Bank of the Crooks and the Criminals International« . Elle a fourni, par l’intermédiaire de sa filiale damnée l’I.C.I.C., des services à des trafiquants de drogue, à des dictateurs, à des terroristes, à des agents secrets, à des marchands d’armes. Elle a outrageusement manipulé ses comptes et ses états financiers. Elle a aidé ses clients à contourner les lois fiscales. Elle a acheté illicitement des banques, surtout américaines comme la FAB. Outre le blanchiment d’argent de la drogue, de la contrebande, du trafic d’armes ordinaires et nucléaires, la BCCI a pratiqué l’espionnage, le terrorisme, l’intimidation et la menace des personnes gênantes. Elle a entretenu un réseau de prostitution et tissé des relations avec de nombreux services de renseignements secrets, tout spécialement la CIA américaine. Pour blanchir son argent et celui de ses clients illégaux, la BCCI ne se contentait pas de l’exploitation du canal bancaire mais elle a eu recours à d’autres canaux financiers à but commercial, non bancaires (le secteur de jeux et le marché financier) et à des canaux à but non lucratif (Organisations caritatives, société fantômes). Ses auditeurs, parmi le plus expérimentés du monde, n’ont jamais pu analyser ses méthodes de camouflage de manière exhaustive, car en plus des pratiques communes elle a beaucoup innové dans le crime et elle travaillait sur le terrain favori de ses auditeurs puisque la falsification des documents et des états financiers était une de ses techniques préférées. Après la disparition de la BCCI, d’énormes efforts ont été déployés par les pouvoirs publics pour améliorer le contrôle du système financier mondial, mais il y eut encore des bavures, telle que celle de 1’European Union Bank d’Antigua, fondée par deux russes, qui ont disparu avec la totalité des dépôts, après sa faillite en 1997. Il a fallu attendre les lois du type Sarbanes-Oxley, postérieures à l’an 2000, pour qu’on envisage la situation avec un optimisme raisonné. Mais la lutte est loin d’être terminée.

 

Bibliographie

Adams J. R., Frantz D. (1992), A Full Service Bank. How BCCI Stole Billions Around the World, Simon & Schuster Ltd.

Arnaud T. (1993), « Première condamnation d’un dirigeant de la BCCI », La tribune Desfossés, 29 septembre, p. 20.

Beaty J., Gwyne S.C. (1993), The Outlaw Bank, A Wild Ride into the Secret Heart of BCCI, Beard Books.

Bhala R. (1994), « Foreign bank regulation after BCCI », Carolina Academic Press.

Bingham, Lord Justice (1992) Inquiry into supervision of the Bank of Credit and Commerce International, London, HMSO, October 22.

Comer M. J. (2003), Investing Corporate Fraud, Gower.

Comer M. J. (1977), Corporate Fraud, Mc Graw Hill.

Forman G., Hagery B.(1991), « BCCI points up weakness in system of banking regulation », Wall Street Journal, July 14, p. 2.

GAFI (1997), Rapport sur les typologies du blanchiment de l’argent, février.

GAFI (2003-2004), Rapport sur les typologies du blanchiment de l’argent et du terrorisme.

Graham T., Bell E., Elliot N. (2003), Money Laundering, Butterworths.

Hopton D. (2005), Money Laundering, A Concise Guide for All Business, Gower.

Iyer A., Samociuk Martin (2006), Fraud and corruption, prevention and detection, Gower.

Jonathan B., Gwynne S. C. (1991), « The dirtiest bank off all », Time, July 29, pp. 28-33.

Kerry J., Brown H. (1992), Report to the Committee on Foreign Relations: the BCCI Affair, December.

Long R. E. (1993), Banking scandals: the S&LS and the BCCI, New York, H.W. Wilson Company.

Matta D. (2006), Contribution à l’étude de l’audit éclairé des financements obscurs, Thèse de doctorat des sciences de gestion, Université Montesquieu – Bordeaux IV, 285 p.

Matta D., Degos J.G. (2007), Les réseaux de blanchiment de l’argent sale et de l’argent noir, Cahiers du CRECCI, IAE université Bordeaux-Montesquieu, n° 23, 42 p.

Morris-Cotteril N. (2001), « Monney laundering », Foreign Policy, May-June, p. 16.

Pringle D. (2003), « BCCI liquidators plan to pay further 1.2 billion to creditors », Wall Street Journal, May 15, p. C13.

Potts M., Kochan N., Whittington R. (1992à, Dirty Money, National Press Books.

Rezaee Z. (2002), Financial Statement Fraud, Prevention and Detection, John Wiley and sons.

Thomas G. (1999), Gideon’s Spies, New World edition.

Truell P., Gurwin L. (1992), False Profits, the Inside Story of BCCI, The World’s Most Corrupt Financial Empire, Houghton Mifflin Company.

Webb R. (2002), « Informal and formal money transfer networks: financial service or financial crime », Journal of Money Laundering Control, spring, p. 330.

[1] Dans « Gideon’s Spies » publié en 1999, Gordon Thomas cite un dossier du service de contre-espionnage militaire anglais, le MI-5, qui explique comment Roland W. Rowland (qui avait déjà aidé Saddam Hussein à voler la fortune personnelle du Shah d’Iran, estimée à 3 millions de dollars) utilisait Cyrus Hashemi pour blanchir une partie de l’argent de Saddam Hussein à la BCCI et comment cet intermédiaire, devenu gênant, a été empoisonné le 16 juillet 1986 sur ordre d’Hussein, dans une clinique appartenant aussi à la BCCI.

[2] Techniquement, quand on utilise des dizaines ou des centaines de prête-noms, c’est-à-dire quand on se prête à soi même sur une grande échelle, il arrive toujours un moment où on ne sait véritablement plus à qui facturer les intérêts et à qui imputer les remboursements et c’est parfois l’unique faille permettant de remonter aux comparses.

[3] Peut-on être juge et partie ? Dès sa création, la BCCI a été auditée par deux des plus grands cabinets mondiaux, Price Waterhouse, devenu depuis Price Waterhouse Coopers, et Ernst and Whinney, devenu depuis Ernst and Young. Price Waterhouse était responsable de l’audit des 19 branches bancaires affiliées aux îles Caïmans, Ernst and Whinney était responsable, jusqu’en 1987, des 12 branches affiliées au Luxembourg. Ensuite, la BCCI a décidé, à la demande pressante d’Ernst et Whinney, d’avoir un seul cabinet pour toutes ses filiales, mais c’est Price Waterhouse, considéré comme plus accomodant et plus conciliant qui a conservé la totalité du dossier. Mais par la suite Price Waterhouse est devenu agressif et véhément, et il avait demandé la fermeture de la BCCI à la Banque d’Angleterre qui s’y était longtemps opposé.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *