La contrebande hier et aujour d’hui : activité illicité et sociabilité transfrontalière

Journée d’études Institut des Frontières et des Discontinuités (IFD) du 5 décembre 2019 organisée à l’IRHiS

La création des frontières s’inscrit dans la construction des États-nations. Elle engendre différents régimes commerciaux et juridiques qui prédisposent à l’apparition de flux illicites. La contrebande, qui exploite les différences de réglementations entre des États limitrophes, est illicite pour des raisons sanitaires, culturelles ou de protection du marché national. Parfois à la défense d’une cause politique, elle est aussi souvent une opportunité appréciable d’augmentation de revenus pour les sociétés locales. Face aux réactions policières des États qui tente de lui résister, les contrebandiers développent des stratégies spécifiques.
Si sur le plan fonctionnel la contrebande repose sur la discontinuité territoriale elle créée aussi un lien social dans un contexte de proximité. La vie des espaces frontaliers est ainsi marquée par la présence de la frontière que les États instaurent et dont la surveillance évolue au gré de leurs relations. Les populations, frontalières, loin de s’ignorer, peuvent tisser des liens étroits qui reposent sur l’existence d’activités légales ou illégales et sur un ressenti commun de leurs situations.
L’objectif de cette journée d’études est d’interroger la réalité des sociétés frontalières et transfrontalières en Europe à travers la contrebande entre le 18ème siècle et nos jours. Il s’agit de comprendre comment la contrebande s’inscrit dans les sociétés frontalières à l’échelle locale, mais aussi de repérer les liens qui se tissent à travers la frontière, les sociabilités qui se dessinent. Les processus de construction de la frontière ainsi que ceux de son éventuelle dévalorisation dans le cadre de l’intégration régionale seront interrogés. Il s’agit de savoir comment la contrebande structure les sociétés frontalières et transfrontalières et dans quelle mesure elle est créatrice d’identités. Il convient aussi de préciser ses acteurs ainsi que son cadre spatial et temporel. Il s’agit de savoir dans quelle mesure les processus d’intégration régionale ouverts par la construction européenne recomposent les sociétés frontalières et transfrontalières. Il s’agit enfin de préciser les héritages de ces activités dans les territoires et dans les sociétés.

9h45 Accueil

10h00
Béatrice TOUCHELAY (IRHiS, ULille)
Introduction

10h15
Adriana DORFMAN (Université fédérale de Rio Grande do Sul, Porto Alegre)
Smuggling and State borders. An overview

11h30
Benjamin DUINAT (Université Paris Sciences et Lettres)
Les contrebandiers, vecteurs paradoxaux de normes : l’espace frontalier franco-espagnol du pays basque de l’ère à la délimitation (1780-1880)

Jean-René GENTY (ULille)
La frontière franco-belge pendant la guerre d’indépendance algérienne : accès aux bases arrières ou extension du champs de la lutte

14h00
Ute SCHNEIDER (Université de Duisburg-Essen)
Legal fraud? Heritage, régulations and transfer in the case of the 2 Germanys

Dorothée BRASSART (Université de Liège )
Défier les autorités publiques ? Fraude et contrebande à la frontière germano-belge (1871- 1914)

BrassartTélécharger

Patrick TALLEU (Maire-adjoint de Godewaersvelde)
Le musée de la vie frontalière de Godewaersvelde

16h15
Bernard REITEL (Université d’Artois)
Conclusion et perspectives


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.