À propos

En premier lieu, les journées organisées par le projet FRAUDE sont subventionnées et accueillies par la MESHS. Le carnet est issu de ce travail et vise à décrire et à analyser d’une façon aussi précise que possible l’activité créatrice des fraudeurs et des contrefacteurs, celles des contrôleurs, policiers, inspecteurs et douaniers qui cherchent à s’y opposer et celle des travailleurs, entrepreneurs ou salariés, confrontés à ces comportements illicites et qui restent dans la légalité. En second lieu, le carnet vise à mieux évaluer les effets de la fraude sur le travail et la créativité des acteurs du monde légal. En troisième lieu, le carnet s’intéresse aux ressorts et aux modalités du passage de la légalité à l’illégalité, qui sont abordés comme des marqueurs de l’articulation et de la hiérarchie entre travail et création. Il cherche à savoir, en s’attachant à des exemples précis, dans quelle mesure la hiérarchie entre travail et création qui caractérise le cadre légal se distingue dans la sphère de l’illégalité. Le carnet entend aussi organiser une enquête sur les « traces » de la fraude, des fraudeurs et de ceux qui les pourchassent. Il permettra de recenser les publications liées aux workshops organisés dans le cadre de ce projet. Il sera une première étape vers un recensement des sources disponibles sur la fraude et ses dérivées dans toutes les régions et institutions impliquées dans ce projet de recherche. Le carnet vise aussi à permettre aux chercheurs et au grand public de s’informer sur les ressources disponibles en accédant à une base de données que nous construirons à partir de ces publications. Enfin, ce carnet doit permettre à faire comprendre les mécanismes de la fraude au plus large public possible, c’est-à-dire montrer que l’impuissance des Etats n’est pas une fatalité.